philosophic

Le devoir chrétien de l’imagination

Obéissez à Dieu avec votre créativité

Ecrit le 8 octobre 2018, par John Piper, traduit le 23 décembre 2018 par Corentin Barbu avec l’aide de deepl

Un des grands devoirs de notre esprit en tant que chrétien est l’imagination. Mais toutes les utilisations de l’imagination ne constituent pas un devoir chrétien. Certaines sont exactement le contraire. L’imagination n’est pas non plus le seul devoir de l’esprit chrétien. Notre esprit a aussi la responsabilité d’observer, analyser et organiser.

L’imagination se manifeste lorsque l’esprit va au-delà de l’observation, de l’analyse et de l’organisation de ce qui nous entoure, et imagine ce qui n’est pas vu, mais pourrait être là – et ce qui pourrait expliquer ce que nous voyons (comme dans le cas de la plupart des recherches scientifiques). L’imagination se produit aussi lorsque l’esprit imagine une nouvelle façon de représenter ce qui existe déjà (comme dans le cas de l’écriture créative, de la musique et de l’art).

L’imagination détournée

Il y a une imagination incroyablement créative, mais trompeuse, voire pathologique. Le livre des Proverbes dépeint de façon créative ce genre de créativité trompeuse. Par exemple,

Proverbes 26:13-16 :

Le paresseux dit : « Il y a un lion qui barre la route,
un fauve qui parcourt les rues. »
Comme la porte tourne sur ses gonds,
le paresseux se tourne sur son lit.
Le paresseux plonge sa main dans le plat,
mais il trouve trop pénible de la ramener à sa bouche.
Le paresseux se croit plus sage
que sept hommes qui parlent avec bon sens.

Ces versets pittoresques (imaginatifs !) pourraient être quatre proverbes distincts qui ne sont liés que par le fait qu’ils ne concernent que le paresseux. Mais je soupçonne qu’il y a plus que cela dans ce groupe.

“Quand une personne parle, écrit, chante ou peint une beauté à couper le souffle d’une manière ennuyeuse, c’est probablement un péché.”

L’imagination du paresseux bat son plein au verset 13. Il invente, avec son imagination débordante, une situation inexistante pour justifier sa flemme de se lever de “Il y a un lion dans les rues !” Il ne veut pas sortir. Ainsi, son imagination se met en marche et crée une situation dans laquelle il ne peut pas sortir. C’est trompeur. Il utilise son imagination pour mentir.

Mais ça pourrait être pire que ça. Il pourrait même croire en son imagination. Les deux proverbes du milieu soulignent la profondeur de la paresse de cet homme. Il reste au lit. La plus grande partie de sa production est comme celle d’une porte sur une charnière. Du mouvement. Mais aucun progrès.

Comme une porte tourne sur ses charnières,
tout comme un paresseux sur son lit.

Quand il arrive à la table du petit déjeuner, il est si paresseux qu’il peut mettre sa main dans le plat, mais il ne peut pas l’en ôter. Cet homme est en route vers la famine. Ça ne marchera jamais. Il ne peut pas manger.

Le paresseux enfouit sa main dans le plat ;
ça l’épuise de le ramener à sa bouche.

Ce qui est important, c’est que la paresse mène à l’autodestruction.

Mais ensuite vient l’assommoir. Cet homme se croit brillant. Il est plus impressionné par la finesse de ses pouvoirs imaginatifs (“Il y a un lion dans les rues !”) que par la vraie sagesse de 7 sages.

Le paresseux est plus sage à ses propres yeux
que sept hommes qui peuvent répondre raisonnablement.

En d’autres termes, son imagination a atteint un tel niveau de créativité et d’ingéniosité au service de sa paresse qu’il a perdu contact avec la réalité et vit dans sa propre cage de fantaisie magistralement conçue. C’est pourquoi j’ai dit que l’imagination peut être pathologique. Ce n’est pas un devoir chrétien, mais une défection chrétienne. Le péché a détourné l’imagination et en a fait un instrument pour se tromper lui-même.

Des esprits comme Dieu les veut

Passons donc de cet usage destructeur de l’imagination au devoir chrétien de l’imagination. Je dis que l’imagination est un devoir chrétien pour deux raisons. La première est que vous ne pouvez pas appliquer la Règle d’or de Jésus sans elle. Il a dit : “Tout ce que vous voulez que les autres vous fassent, faites-le aussi pour eux” (Matthieu 7:12). Nous devons nous imaginer à leur place et imaginer ce que nous aimerions qu’on fasse pour nous. L’amour compatissant, sympathique et serviable dépend beaucoup de l’imagination de celui qui aime.

“L’imagination est la faculté de l’esprit que Dieu nous a donné pour rendre belle la communication de sa beauté.”
L’autre raison pour laquelle je dis que l’imagination est un devoir chrétien, c’est que lorsqu’une personne parle, écrit, chante ou peint une vérité à couper le souffle d’une manière ennuyeuse, c’est probablement un péché. La suprématie de Dieu dans la vie de l’esprit n’est pas honorée quand Dieu et son monde étonnant sont observés avec attention, analysés avec justesse, organisés clairement, mais communiqués de manière ennuyeuse.

L’imagination est l’une des clés pour éviter un tel ennui. Nous devons imaginer des façons de dire la vérité telle qu’elle est réellement. Et ce n’est pas ennuyeux. Le monde de Dieu – tout entier – résonne de merveilles. L’imagination appelle de nouveaux mots, de nouvelles images, de nouvelles analogies, de nouvelles métaphores, de nouvelles illustrations, de nouveaux rapprochements pour dire une vérité ancienne et glorieuse – que ce soit celle du monde ou celle de la parole de Dieu. L’imagination est la faculté de l’esprit que Dieu nous a donné pour rendre belle la communication de sa beauté.

L’imagination est peut-être le travail le plus difficile pour l’esprit humain. Et peut-être le plus divin. C’est ce qui nous rapproche le plus de la création à partir de rien. Quand nous essayons d’exprimer une belle vérité, nous devons penser à l’arrangement des mots, peut-être à un poème. Nous devons concevoir quelque chose qui n’a jamais existé auparavant et qui n’existe encore dans aucun esprit humain. Il faut songer à une analogie, une métaphore ou une illustration qui n’existe pas encore. L’imagination doit s’exercer pour la voir dans notre esprit alors elle n’est pas là. Nous devons créer des combinaisons de mots, de notes et d’images qui n’ont jamais existé auparavant. Tout cela, nous le faisons parce que nous sommes comme Dieu et parce qu’il est infiniment digne d’expressions verbales, musicales et visuelles toujours nouvelles.

Inventez un chant nouveau

Un collège – ou une église, ou une famille – qui s’engage à la suprématie de Dieu dans la vie de l’esprit cultivera beaucoup d’imagination fertile, et mêmes quelques unes formidables. Et ô combien le monde a besoin d’esprits inspirés par Dieu qui puissent parler des grandes œuvres de Dieu, chanter ses grandes œuvres et jouer de ces grandes œuvres de Dieu comme on ne l’a jamais dit, chanté ou joué auparavant.

“Dieu est infiniment digne d’expressions verbales, musicales et visuelles toujours nouvelles.”
L’imagination est contagieuse. Lorsque vous êtes en présence de quelqu’un (vivant ou mort) qui l’utilise beaucoup, vous avez tendance à l’attraper. Je vous suggère donc de fréquenter des personnes contagieuses (mortes ou vivantes) qui débordent d’imagination pour s’exprimer. (La Bible est peut-être le livre de prose le plus imaginatif au monde. Non pas parce qu’il crée une réalité qui n’est pas là, mais parce qu’il la dépeint de si nombreuses et surprenantes manières.

L’imagination est comme un muscle. Elle devient plus forte quand on la travaille. Et on dois la faire travailler. Elle ne se met généralement pas en action d’elle-même. Elle attend notre volonté. Je vous encourage à exercer cette capacité de votre esprit. Faites des efforts conscients pour exprimer la vérité précieuse de façon frappante et efficace. Trouvez de nouvelles façons de dire une vérité ancienne. Dieu en est digne. “Chantez au Seigneur un cantique nouveau ” (Psaume 96:1 ; 33:3 ; 98:1 ; 144:9 ; 149:1 ; Isaïe 42:10) – ou image, ou poème, ou figure de style. Fuyons ensemble le péché d’ennuyer les gens en leur parlant de Dieu, de ses réalisations et de ses actions étonnantes.

Gilets jaunes #E101

1Malheur à ces législateurs |qui édictent des lois iniques,
et à ceux qui rédigent |des décrets qui engendrent la misère,
2pour refuser aux miséreux |que justice leur soit rendue,
pour priver de leur droit |les pauvres de mon peuple,
pour dépouiller les veuves,
et pour piller les orphelins.
3Que ferez-vous au jour |du règlement de comptes,
lorsque la destruction |viendra sur vous de loin ?
Vers qui donc fuirez-vous |pour avoir du secours ?
Et où cacherez-vous |l’amas de vos richesses ?
4Il ne restera rien à faire |sinon se courber sous le joug |parmi les prisonniers
ou tomber parmi les victimes.
La Bible, Esaïe 10. 1-3, traduction du Semeu
Je ne peux qu’être pour des taxes sur les carburants étant donné le changement climatique mais ce gouvernement a dressé tout le monde contre tout le monde :
  • les fonctionnaires sont les privilégiés (les concours sont ouverts à tous),
  • les retraités sont les privilégiés,
  • ceux qui prennent les lignes de train par rentable,
  • ceux qui prennent leur voiture à combustion (rappellez moi la différence de prix à l’achat combustion/électrique pour une voiture qui ne permet pas de partir en vacances)
  • les agriculteurs sont des empoisonneurs,
  • ceux qui ont besoin de minima sociaux,
  • ceux qui se font soigner et remboursé par la sécu qui coûtent trop cher
  • ceux qui les soignent qui ne savent pas s’organiser
  • … sauf les plus riches, dont la richesse a été multiplié par 7 depuis 20 ans. Eux ils faut les arroser, on ne les rémunère pas encore à leur juste valeur, et s’ils s’en vont avec pognon, au lieu de leur envoyer la police on décide que finalement on le leur doit bien !?! Comment s’étonner que le peuple soit dans la rue.
  • … sauf les députés qui peuvent empocher plus de 5000€ net par mois pour voter oui car ils doivent tout au président, d’ailleurs ils n’ont même pas besoin d’être là.
#E101 comme Esaïe 10.1 et il se trouve que c’est aussi Economie 101, cours d’économie de base en anglais US: la justice est la base d’une société qui fonctionne.

Human lead climate change didn’t start yesterday

… or even 200 years ago but more likely 5000 years ago !

 

Human power and responsability

There is no natural environment. Or at least so little left. Most of what you think about is not untouched nature. Apples have tremendously changed, selected by the human hand. Same for wheat, cows, … So little we eat is untouched nature. Same for the landscape. A park isn’t. Most forests aren’t, including much of the Amazon Forest. Whether you like it or not we shaped the world in so many ways, but so little compared to what plant did: those folks, together with a bunch of microorganisms created dirt and made the atmosphere oxygen rich!
Life thrives on those telluric transformations. But we also invented concrete and dragging nets. And life is having a setback. Sure we are part of life and currently a decisive change force. It is on our shoulders to take the fabulous adventure of life to new heights or to empty it. Bit by bit.